Le gouvernement juge le projet Montagne d’Or « incompatible » avec la protection de l’environnement

Le projet controversé de mine d’or en Guyane est « incompatible avec les exigences de protection de l’environnement ». C’est le verdict rendu par le Premier ministre Edouard Philippe et le ministre de la Transition écologique François de Rugy à l’issue du Conseil de défense écologique, qui se tenait ce jeudi pour la première fois à l’Elysée.

Annoncée le 25 avril par Emmanuel Macron , cette nouvelle instance, composée du Premier ministre et de douze ministres (Transition écologique, Transports, Santé, Economie, Territoires…) doit coordonner l’action écologique du gouvernement et s’assurer de ses « priorités » dans les politiques publiques, selon la présidence.

Le projet Montagne d’Or en est une. Début mai, Emmanuel Macron avait demandé une « une évaluation très claire » pour le Conseil de défense écologique et annoncé qu’une décision serait prise après juin pour ce projet minier d’or, le plus important à ce jour en France . Porté par le producteur russe Nordgold et la société d’exploration canadienne Columbus Gold, il a déjà été jugé « incompatible » en l’état avec les nouvelles ambitions écologiques du pays, selon le chef de l’Etat.

Réforme du Code minier

Les deux ministres ont par ailleurs fait savoir qu’une réforme du Code minier, jugé « obsolète », serait menée pour y intégrer les exigences environnementales à tous les processus miniers. « Ce sera alors au porteur du projet de dire s’il souhaite maintenir son projet ou pas », avait fait savoir la présidence à l’AFP en amont du Conseil.

Autre mesure annoncée : une augmentation d’un milliard d’euros des prêts pour la rénovation énergétique des logements sociaux et une hausse de trois milliards des prêts aux collectivités locales.

« Nous avons constaté le déficit d’investissements verts », souvent estimé à environ 20 milliards d’euros par an en France, « notre objectif est de le combler […] en utilisant des financements publics pour faire levier sur des financements privés », a déclaré Edouard Philippe.

Le Conseil de défense écologique se réunira encore avant la mi-juillet puis de nouveau à « un rythme assez soutenu », mais sans périodicité fixe, selon l’AFP.

Source Agences

Les commentaires sont fermés.